n° 752 ©Bettina David-Fauchier

DE LA PEINTURE A LA PHOTO .... DE LA PHOTO A LA PEINTURE

 Au début de mon travail il y a eu la peinture et en parallèle, la photo.

En peinture,  j'ai travaillé sur la déperdition de la couleur par le geste ce qui donnait une certaine transparence à la couleur très fluide que j'utilisais; ceci m'a amené à un travail sur des plans colorés qui étaient l'amorce de constructions géométriques pouvant ressembler à des murs

Pour des raisons que je n'expliquerai pas ici j'ai arrêté la peinture, d'une certaine manière j'y suis revenue autrement, par le biais de la photographie.

Pour moi la photographie n'est qu'un moyen,elle n'est pas qu'une fin en soi, je l'utilise pour composer de nouvelles images, je découpe, assemble, reconstruis autre chose, la préocupation de plans colorés qui était la mienne en peinture est toujours présente dans mon travail actuel

La photographie étant l'illusion du réel, je "construis" à partir mes "images" des architectures utopiques ,improbables, je prolonge et accentue cette illusion du réel.

 

 

At the beginning of my work there was painting and in parallel, the photo.

In painting, I worked on the loss of color by the gesture which gave some transparency to the very fluid I used color; This led me to work on colored planes that were the beginning of geometric constructions may resemble walls

For reasons I will not explain here I have stopped painting, somehow I came back otherwise through photography.

For me photography is a means, it is not an end in itself, I use it to compose new images, I cut, assemble, rebuild something else, the preoccupation of colored planes was mine paint is still present in my current job

The photograph is the illusion of reality, I "build" from my "images" of utopian architectures unlikely, I extends and enhances the illusion of reality.

 

                                                                                             All my thanks to Iris Balk for the translation

 

 

 

 

 

N° 846 ©Bettina David-Fauchier
N° 846 ©Bettina David-Fauchier

                                                                                                            Page suivante